Créateurs au nom

Les chromosomes superflus ne les rendent pas étrangers

Ce site Web est dédié à un être humain "ensoleillé" inhabituel - une artiste talentueuse trisomique, Mary Mordvintseva. Seul un petit nombre d'entre nous croit aux opportunités et aux avantages de ces personnes pour la société, mais nous nous trompons fortement. Oui, les "enfants ensoleillés" ont besoin de plus d'attention et d'aide pour le développement et le statut de la personnalité, mais si vous aidez un petit si spécial dans la recherche de ses talents, vous ne pouvez qu'envoyer son studieux et son rendement dans son entreprise bien-aimée.

Mythes, qui nous entrent dans l'illusion

Mythe n°1 : Le syndrome de Down est une maladie

Réalité : Le syndrome de Down est un simple problème génétique. Si le génome d'un humain ordinaire avait 46 chromosomes, le génome d'un enfant "ensoleillé" à 47 chromosomes. Mais ce chromosome superflu ne le rend pas étranger au reste du monde. Le syndrome de Down ne peut pas être guéri et plus encore tout à être infecté. Son émergence ne dépend ni de la couleur de la peau, ni de l'âge, ni du mode de vie.

Mythe n°2 : Ils sont dangereux pour la société

Réalité : Ce mythe répandu n'a aucun fondement. L'histoire ne connaît pas les crimes commis par des personnes trisomiques. Ils sont comme tous les humains ordinaires, joyeux, tristes, capricieux, mais leur humeur n'est pas remplacée par l'attaque de l'agressivité. A l'inverse, un comportement calme et bienveillant est beaucoup plus caractéristique des "enfants ensoleillés".

Mythe n°3 : Ils ne peuvent pas apprendre

Réalité : Les « enfants ensoleillés » sont très bons pour apprendre les bases de l'écriture, de la lecture et des sciences exactes. Ils peuvent maîtriser l'ordinateur, les langues étrangères et bien plus encore. Déjà aujourd'hui, ils jouent au théâtre, dansent et peignent. Les personnes trisomiques passent par les mêmes étapes de développement que le reste des personnes, à la différence près qu'elles ont besoin de plus de temps, d'attention de la part des enseignants et des parents.

Mythe n°4 : On ne peut pas leur confier le travail

Réalité : En occident, les humains trisomiques peuvent vous rencontrer à la réception de l'hôtel, vous aider au supermarché, vous servir à la poste, ou préparer des biscuits maison parce qu'ils en ont l'opportunité. La Russie dans ce sens ne fait que les premiers pas, c'est pourquoi il est très important de soutenir tous les changements positifs de cette manière.

Mythe n°5 : Le syndrome de Down est une rareté.

Réalité : C'est la déviation la plus courante, qui est observée chez chaque 700e enfant. Chaque année, en Russie, naît environ 2000 de tels "enfants ensoleillés". C'est imperceptible car 85 % des tout-petits restent dans les maisons de bébé et ensuite errent d'un établissement public à l'autre.